Comment nous joindre

Association

Alexandra David-Néel

5 boulevard Thiers

04000 Digne les Bains

Téléphone :

33 (0)4 92 31 28 08

Actualités

 

Actualités

 

Bruno Procopio

Claveciniste et chef d’orchestre,

 

 

 

 

Né en 1976 au Brésil, Bruno Procopio est d'orchestre et claveciniste.

  Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris auprès de professeurs tels Pierre Hantaï et Christophe Rousset, il poursuit une solide carrière internationale.

  Il travaille en étroite collaboration avec le Centre de Musique Baroque de Versailles auprès de grandes institutions et orchestres en Amérique du Sud qui lui accordent une relation privilégiée.

  Fréquemment invité à diriger le Simón Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela, Bruno Procopio a enregistré avec lui le disque ‘Rameau in Caracas’, qui a obtenu en autres récompenses, le CHOC de Classica, 5 Diapasons et a été choisi comme meilleur disque de la semaine par le journal Le Figaro et Radio Classic FM à Londres.

  De prestigieux orchestres comme l'Orchestre Symphonique du Brésil (OSB), l’Orchestre de l’Opéra de Manaus (Brésil), l'Orchestre Philharmonique Royal de Liège, Chœur et Orchestre Les Siècles, Simón Bolivar Baroque Orchestra of Venezuela et autres formations orchestrales et vocales ont évolué sous sa direction.

  Attaché à transmettre ses connaissances, il participe à des master-classes dans de nombreuses universités d’Amérique latine : Unirio à Rio de Janeiro, Universidad Simón Bolivar à Caracas, Universidad Católica au Chili.

  Il a également été invité au Conservatoire Central de Pékin et enseigne le clavecin à l’Accademia Villa Bossi en Italie.

 

 

« Marche à l’étoile même si elle est trop haute »

Alexandra David-Néel

Lundi soir 8 juillet


« La journée a été fructueuse en rebondissements. L'enquête progresse. Voici mes démarches du jour : Rencontrer le très jeune pasteur de l'église Morave, la plus ancienne église protestante du monde. Nous avons bavardé sous un ficus en buvant un thé délicieux. Mais il n'était pas au courant de l'histoire de Jésus en Inde. Puis rencontre avec le président de l'Association des bouddhistes du Ladakh. Il se souvenait de notre entretien de l'année dernière et même de mon nom. Très bon thé indien aussi. Il me donne le nom de deux universitaires qui pourraient m'en dire plus et le nom de l'intendant du monastère de Hémis. Il m'oriente aussi vers l'association YDA  qui pourra me réserver une place au festival de Hémis (il sait que j'ai eu une audience avec le Dalaï-lama l’an dernier).

Puis je rencontre dans une pharmacie une dame ladakhi très élégante qui m'indique que c'est un Russe, du nom de Nicolas Notovich, un contemporain d’Alexandra David-Néel, qui a révélé en 1894 des archives du Monastère de Hémis. Nous sommes au cœur de l'enquête

Je n'ai pas trouvé le livre de Notovich, mais j'ai acheté dans cette impressionnante librairie de Leh, deux ouvrages narrant cette épopée avec une naïveté dépourvue d'esprit critique.

Je trouve que cette recherche ressemble de plus en plus aux errances et aux recherches d'Alexandra...

Ce soir magnifique lumière sur les sommets alentours. »

 

9 juillet :

« Juley,  Bonjour en Ladakhi.

Suite de l'enquête Jésus en Inde…

 

« Qui était Notovich : Un Russe né en 1848, journaliste, diplomate, écrivain de théâtre et d'opéra, musicien, soldat et peut-être espion. Il part faire un reportage qui le conduit au Ladakh alors partie intégrante du Tibet. Dans le monastère de Hémis il dit avoir trouvé un document attestant le passage de Jésus Christ. Il en obtient une traduction et le met en forme. Il le publie en Français en 1894 sous le titre de Evangile d’Issa qui parait compléter les 4 évangiles reconnus.

« On y décrit la vie de Jésus, avec des précisions sur les années inconnues (de l'âge de 12 à 29 ans dont on ne savait rien et qui restent hypothétiques) qu'il aurait passées en Inde. Sur le plan pratique tout est vraisemblable. Il aurait pu notamment voyager avec des marchands parcourant la Route de la Soie...
Alan Jacobs: Plusieurs spécialistes se sont penchés sur ce récit. Conclusion: FAKE NEWS. En effet le texte serait vieux de 2000 ans. Or, au temps de Jésus-Christ le monastère de Hémis n'existait pas. Il fut construit au 16ème siècle. 

Alan Jacobs analyse tous les détails dans son ouvrage When Jesus lived in India. Bien qu'il nous laisse tirer nos conclusions, tout prouve que l'information de Notovitch était construite !

Toutefois il existe une profonde connivence entre bouddhisme et christianisme qui peut expliquer cette invention. »

Leh, le Tsemo Gompa

 

10 juillet

 

« Les bonnets rouges : J'ai rencontré ce matin les responsables de l'Association des Bonnets Rouges, (Drukpa*) la secte à laquelle appartient le monastère de Hémis. Ils m'ont confirmé que personne n'a pu trouver le document auquel se réfère Notovich. Donc fin des recherches. »

*Les Drukpa ou Bonnets Rouges sont un sous-groupe du bouddhisme Mahayana ou Grand Véhicule (bouddhisme tibétain mâtiné d'anciennes religions locales). Il comporte plusieurs sectes (tels les Ningmapa). Ils ont une branche en France. L'autre branche est dite des Bonnets Jaunes ; leur chef est le Dalaï-Lama.

 

« En revanche, après une discussion passionnante, je suis reparti avec une invitation VIP pour la fête du monastère le 11 juillet y compris au repas!!! Je vais donc leur "faire la grâce" de participer au spectacle sacré et aux agapes (thé salé beurré, momos...).   
Le refuge pour chiens des rues :

Le chef des Drukpa, un jeune moine cinquantenaire, est en train de faire une rando dans l'Himalaya, entre Katmandou et Leh pour promouvoir l'écologie!

 

11 juillet

L’invitation à la fête du monastère !

 

Le grand festival du monastère de Hémis est un superbe spectacle didactique équivalent dans le style des mystères du Moyen Âge. Ce monastère a été bâti au XVIIème siècle dans un cadre de montagnes sauvages à 45 km de Leh.

Le spectacle (puisqu'il faut lui donner un nom) dure toute la journée. 

 

Après une ouverture musicale, il commence par le dévoilement du portrait du fondateur, l'arrivée des encensoirs et un rituel d'offrande.

Il y a environ deux cents moines dans ce monastère.

 

Sur la photo, Rimpoché celui du milieu qui porte des lunettes, est le supérieur du monastère et de l'ordre des Drukpas (Bonnets Rouges) équivalent du Dalaï-Lama chez les Bonnets Jaunes. Passionné de rando, de vélo et d'écologie. Il a réalisé avec ses moines un record de plantation de reboisement.

Il a aussi fait parler de lui en réalisant un ittinéraire à vélo dans l'Himalaya avec les nonnes de son ordre pour soutenir la cause des femmes.

Il mène actuellement une rando entre Katmandou et Leh pour promouvoir l'écologie.

Comme je l'ai déjà mentionné, il a utilisé un terrain donné par des laïcs pour construire un refuge qui recueille des animaux blessés, les soigne, les garde à vie ou les confie à des familles.

Voici quelques danses. Il faut imaginer une violente musique et des chœurs au rythme envoûtant.

Chaque danse présente un enseignement mystique ou historique.

 

Voilà la fête est terminée.

Tout résonne encore: la musique assourdissante, les couleurs violentes, l'air des grands espaces. Pourquoi ce rêve si ancien a-t-il fini par se réaliser? Depuis Tintin au Tibet en passant par les récits de voyage et des grandes ascensions himalayennes, les pérégrinations d'Alexandra... La rencontre avec le Dalaï-Lama l'année dernière et ce spectacle tant fantasmé marquent-ils la fin de l'histoire ? Dernier coup de pouce : cette invitation VIP offerte par le responsable de l'association des Bonnets Rouges m'aura permis de jouir au maximum de cette grandiose fête de l'esprit et des sens.

 

Voyage Musical autour

d'Alexandra David-Néel

et de la création

de Lidia

 

 

 

 

En ce samedi soir 29 juin, grande soirée joyeuse et émouvante avec le Conservatoire départemental, l’Association Alexandra David-Néel et la Ville de Digne les Bains.

En première partie, des groupes musicaux, des concerts d’élèves installés sur plusieurs lieux et accompagnés par des lectures de textes d’Alexandra David-Néel lus par Jacqueline Ursch.

 

Puis, pour la première fois, l’opéra composé par Jean Hautstont sur un livret écrit par Alexandra, est présenté par les élèves du cours de chant de Brigitte Peyré, avec le professeur de piano Marjorie Bourgeois et ses élèves, ainsi qu’une élève flûtiste.

Presqu’une heure de délices musicales, avec une partition de piano qui enchante l’âme et des sonorités vocales incroyablement originales.

Cet opéra, d’une extrême difficulté, et résultat d’un énorme travail, a été joué devant un public attentif et silencieux, qui retenait sa respiration tant son plaisir était intense.

Et la soirée, douce et agréable sous la fraîcheur des arbres, s’est achevée avec un autre concert, tout aussi brillant, de musique et chant autour de Brigitte Peyré.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association alexandra david neel