Comment nous joindre

Association

Alexandra David-Néel

5 boulevard Thiers

04000 Digne les Bains

Téléphone :

33 (0)4 92 31 28 08

Actualités

 

Archives

Samedi 4 juillet 2020

à partir de 15 H

À l’espace Alexandra David-Néel

À Digne-les-Bains

 

 

Dédicace du tome 4

de la bande dessinée

 

 

Exceptionnellement Marie-Madeleine Peyronnet, l’assistante de la grande exploratrice, viendra à l'Espace ADN, 5 boulevard Thiers à Digne-les Bains, pour dédicacer le dernier tome de la série.

 

Ces BD relatent la vie d'Alexandra David-Néel à partir du livre de Marie-Madeleine Peyronnet Dix ans avec Alexandra David-Néel.

La pandémie : et la peste en Provence ?

 

Le 25 mai 1720, arrive à Marseille un navire en provenance du Levant, Le Grand-Saint-Antoine : et la peste se répand dans la ville de Marseille puis dans toute la Provence.

Peinture de Michel Serre, La peste à Marseille, 1720

 

Et la peur d’Alexandra à Lhassa !

 

 

 

 

 

                     Extrait de : Alexandra DAVID-NEEL, Voyage d’une Parisienne à Lhassa, édition de 1951 [coll.personnelle]

 

12 mars 1924, Lhassa

Je suis toujours à Lhassa.

L'influenza [ou grippe] qui paraissait devoir passer rapidement a pris une très mauvaise tournure. Le garçon a été très gravement malade et moi- même, plus que lui encore. Les douleurs pendant les crises de toux étaient affreuses. Nous avons commencé à cracher du sang. J'ai eu un instant l'idée que nous avions la peste pulmonaire. C'est le petit qui, le premier, a aperçu du sang dans ses crachats et comme nous avons longtemps vécu en Chine où l'on parle beaucoup de la peste pulmonaire, il est au courant des symptômes de cette maladie. Il me montra son mouchoir en interrogeant : « Il doit y avoir dix jours que j'ai commencé à tousser ? » (Dix jours est le terme où dans la peste le sang apparaît.) Je réponds: « Oui, à peu près » et comme je comprends la portée de sa demande, j'ajoute : « Est-ce que nous avons la peste ? - Et nous n'avons pas de médicaments, et il n'y a pas de médecin ici, réplique le garçon. - Cela ne servirait à rien. Si nous avons la peste, il n'y a rien à faire ; on ne connaît pas de médicament pour la guérir. - Sale affaire ! (en tibétain Kinktopo) » dit laconiquement mon compagnon de voyage. [Mais…] Ce n'était pas la peste pulmonaire puisque nous nous rétablissons. […]Bref, je crois que nous nous tirerons heureusement de ce mauvais pas…

Frequence Mistral présente

 

Rendez-vous avec Alexandra David-Néel

 

Le 12 mars : 1ère émission sur la vie de l'exploratrice Alexandra David Néel.


Une émission bi-mensuelle le jeudi de 9h30 à 10h, préparée, proposée et animée par Jacqueline Ursch, Présidente de l'association Alexandra David-Néel, ex Directrice des Archives Départementales.


Ce premier rendez-vous avec Alexandra a pour thème : son enfance

 

Pour l'écouter.

 

RESTONS ZEN !

 

 

 

La France, l'Europe et le monde entier traversent actuellement une crise sanitaire sans précédent.

Nous n’avions jamais connu cette longue période de confinement.

Alors profitons de ce temps arrêté, retrouvons-nous avec nous-mêmes.

C’est peut-être l’occasion de lire et de relire nos livres, pourquoi pas ceux d’Alexandra David-Néel.

Nous vous proposerons, périodiquement, des passages de textes d’Alexandra David-Néel.

Pour commencer, un extrait d’une lettre à Philippe Néel sur le courage.

 

Alexandra est alors au Monastère de Kumbum, au Nord du Tibet :

Kum-Bum, 15 mars 1920

 

[...] Mon voyage est bien décidé. De n'importe quelle manière : avec un tout petit rien de confort et suffisamment de nourriture, ou à pied à la façon des mendiants, je veux le tenter. Je ne puis pas différer plus d'un an. L'âge me talonne, les rhumatismes qui se font de plus en plus méchamment sentir et une diminution de force physique prévisible m'imposent la hâte. Mourir pour mourir, je préfère que ce soit sur une route quelque part dans la steppe, avec le beau ciel sur ma tête, et la satisfaction dernière d'avoir, au moins, entrepris ce que je souhaitais, que dans une chambre, tuée par le regret d'avoir manqué de courage, d'avoir renoncé à ce à quoi je tenais et d'être dans l'impossibilité absolue de jamais voir ce que j'ai voulu voir, de faire ce que je voulais faire. Cette dernière serait une mort bien torturante pour quelqu'un de ma trempe. Mais, après tout, rien n'est tragique que ce à quoi l'on prête soi-même des couleurs de drame.

Suivant la consigne gouvernementale, l'Espace Alexandra David-Néel

sera fermé 

à partir du 16 mars 2020

 

Vendredi 6 mars 2020 à partir de 18 h :

soirée spéciale Chine au Ciné Toiles

 

18h : film

« The sweet requiem »

 

Film de Ritu Sarin et

Tenzing Sona (Inde)

 

Quand une jeune femme tibétaine en exil aperçoit de façon inattendue un homme de son passé, des souvenirs longtemps refoulés de son évasion traumatisante à travers l’Himalaya sont ravivés et elle est propulsée dans une quête obsessionnelle de réconciliation

 

19 h 30 : Buffet dans le hall

 

20h30 : film

« Liu Xiaoba, l’homme qui a défié Pékin »

 

Film de Pierre Haski (France)

 

Au printemps 1989, lorsque les étudiants occupent la place Tian'anmen à Pékin, Liu Xiaobo, chercheur en littérature chinoise et orateur hors pair, devient l’un des mentors du mouvement.

Peu de temps avant que ne débute le massacre, dans la nuit du 3 au 4 juin, il supplie la jeunesse d’évacuer la place et entame une grève de la faim pour demander au pouvoir d'éviter la violence.

Arrêté le 6 juin, il est envoyé en camp de rééducation.

À sa libération, un an et demi plus tard, il choisit de demeurer en Chine et de résister de l’intérieur, tandis que nombre de ses compatriotes optent pour l’exil.

Arrêté en 2008, pour avoir co-rédigé la Charte 08, programme pour une transition démocratique en Chine, il est condamné à onze ans de prison pour subversion du pouvoir de l’État.

Toujours incarcéré en 2010, il ne peut recevoir en personne le prix Nobel de la paix qui lui est décerné et meurt en captivité sept ans plus tard, en juillet 2017.

Aujourd’hui, le régime chinois met tout en œuvre pour que le nom de Liu Xiaobo soit oublié, multipliant la censure à l’intérieur de ses frontières et les pressions sur le reste du monde.

 

A partir de 21 h 30 : débat avec Jean-Philippe Béja

 

Tarif : les 2 films + le buffet : 10 € (1 seul film 6€)

Le nouvel an tibétain, 

 

le Losar 

 

a lieu le 

 

24 février 2020

 

Marie-Madeleine Peyronnet, Présidente d’honneur,

 

La Présidente et le Conseil d’administration

de l’Association Alexandra David-Néel,

 

vous souhaitent une belle et heureuse année 2020

 

 

 

Vous trouverez à télecharger ci dessous l’indispensable bulletin d’adhésion pour l’année 2020… que vous pouvez diffuser généreusement autour de vous !

 

Ces adhésions nous sont indispensables pour poursuivre les missions de l’association créée il y a plus de 40 années par Marie-Madeleine Peyronnet.

 

Nous vous en remercions chaleureusement ! Avec nos très bonnes pensées.

 

Bulletin d'adhésion.pdf
Document Adobe Acrobat [109.9 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association alexandra david neel