2021

8 mars :

Journée internationale

des droits des femmes

 

 

Alexandra David-Néel,

féministe d’avant-garde !

 

Elle écrit en 1907 sur l’affranchissement économique des femmes :

 

 

« J’affirme que tant que le mariage demeurera un métier, une carrière, un gagne-pain, toutes les prétendues conquêtes féministes en matière de législation conjugale, resteront lettres mortes et sans effets sensibles.

Nous sommes à une période de transition. L’organisation de la famille, comme toute organisation sociale, évolue d’une façon rapide. Demain, le mariage, qui a déjà subi tant de transformations depuis les premiers âges des civilisations, s’établira encore une fois sur de nouvelles bases. En attendant, et pour marcher vers ce but, c’est leur affranchissement économique que les femmes doivent poursuivre. »

Cette année le Losar, Nouvel an tibétain, aura lieu vendredi 12 février !

 

Selon le calendrier tibétain qui débute en -127 avant JC, avec le début du règne du 1er roi du Tibet Nyatri Tsenpo, ce sera donc l'an 2148. 

 

«Année du Buffle-métal 2048»

Le Losar coïncide avec le premier jour de la nouvelle année lunaire. La date est choisie conformément à l’astrologie tibétaine qui est basée sur la tradition bön, l'astrologie indienne et l'astrologie chinoise. 

 

Les Festivité du Nouvel an 

 

Avant la fin de l'année, les monastères font des rituels visant à éliminer tout élément négatif pour bien débuter la nouvelle année: longue prière, rituel tantrique et danses sacrées (Tcham). Dans les maisons, on fait le grand nettoyage et on mange la Gouthouk (soupe composée de viande, de farine de blé et de radis). Puis toute la famille se frotte symboliquement le corps avec des boulettes de tsampa (farine d'orge) qui sont ensuite récupérées puis déposées à l'extérieur à un croisement. 

 

Puis commencent les fêtes officielles : les plus connues sont celles organisées à Lhassa et qui durent durant trois jours. Les fêtes populaires durent plus longtemps et sont réparties durant 25 jours. Comme par exemple, le 15e jour de la prière offrande des tormas de beurre coloré. Les sculptures sont exposées sur le chemin circulaire autour du Jokhang (1er temple bouddhiste édifié par Songtsen Gampo au Tibet. Il abrite la statue dite du Jowo - statue du bouddha qui aurait été sculptée de son vivant).

En 1919, Alexandra David-Néel qui séjourne au grand monastère de kumbum, se réjouit d’assister au Losar qui a eu lieu cette année-là le 16 février :

 

Grande sera l'affluence des pèlerins et des marchands à Kum-Bum, il y aura des danses religieuses, comme les «Mystères» du Moyen-Âge, des cérémonies diverses, une grande foire. Le plus curieux, c'est l'exhibition annuelle de statues en beurre colorié. Je dois m'y rendre avec quelque pompe pour éviter d'être bousculée par le populaire qui s'écrase pour rentrer dans les salles d'exposition. En pompe, cela signifie, en style du pays, que quelques vigoureux gaillards, en habits des grands jours, un fouet ou un bâton à la main, vous précèdent et vous suivent comme gardes du corps, ouvrant un passage, tapant dur sur le vulgaire qui ne doit pas sentir beaucoup les horions appliqués sur ses épaisses houppelandes de fourrures, mais s'écarte, pénétré de respect pour le geste. Cet entourage m'oblige à revêtir, une fois de plus, ma veste de drap d'or des grands jours, mon châle jaune le plus chatoyant et mon plus rutilant bonnet pointu.

Et le 21 février 1919 Alexandra conte à Philippe ces grandes fêtes qui la revissent :

C'est une des plus belles choses que j'aie vues dans le style chinois. Il y avait quantité de statues en beurre colorié exquisément modelées et entourées d'une profusion d'ornements, tous en beurre. Certaines étaient exposées dans des édifices improvisés décorés de milliers de bannières, de lampes et de lanternes. J'ai fait le tour de cette exposition, escortée de gens portant des lanternes, qui écartaient la foule assez compacte, et j’ai été reçue en cérémonie par les organisateurs des diverses exhibitions. Deux jours auparavant, j'avais été conviée à une séance musicale qui m'a enchantée : on y exécutait de la musique mongole. J'aurais voulu que tu eusses été là, il y avait des flûtistes merveilleux. Pour terminer, il y a eu un morceau pour cymbales seules : imagine 6 ou 7 paires de cymbales de cuivre de dimensions diverses et accordées entre elles de façon à produire des intervalles musicaux. Les artistes les frappent chacun suivant un rythme différent et l'ensemble produit un véritable air. Quelque chose d'étrange et de prenant, évoquant l'idée d'une galopade de chevaux accourant du fond des steppes, amenant les hordes de Gengis Khan. Je me suis délectée jusqu'au tréfonds de mon âme de musicienne ! peut-être, surtout, parce que la musique avait, ici, épousé les chansons que le vent répand parmi les solitudes, qui environnent les camps perdus au milieu du désert et accompagnent la caravane en marchant à travers l'immensité. 

Bonne année 2021 à tous

 

Durant son long voyage, où se trouvait Alexandra David-Néel

le 1er janvier de ces quatorze années de pérégrination ?

 

 

1912 : Calcutta.

1913 : Dans une cahutte à la frontière indo—népalaise.

1914 : Gangtok, capitale du Sikkim jouxtant le Tibet.

1915 : Lachen au nord du Sikkim.

1916 : Ermitage De-Chen ashram.

Le Sikkim

 

1917 : En mer en route pour Singapour. 

 

Sculptures du dieu Shiva représenté avec 8 bras, temple dédié à Ganesh Sri Senpaga Vinayagar à Singapour.

(Photo Basile Monin, 2018)

 

 

 

 

1918 : Pékin.

 

Tour de la Cité interdite, mingzi zhongqiu, 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1919 : Kumbum (à Xining)

 

Statue de Tsongkhapa au monastère de Kumbum

(photo Mario Biondi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1922 : Jakyendo au Tibet oriental.

1923 : Kanchow (Ganzhou) à l’est de la Chine.

 

Ganzhou, the Tongtianyan Grottoes

(Underbar dk, 2014)

 

 

 

 

 

 

 

1924 : Sur le chemin de Lhassa où elle arrive en février.

Le Potala (Photo René Heise, 2010)

 

 

Et le 1er janvier 1929 : Alexandra est à Digne !

Comment nous joindre

Association

Alexandra David-Néel

5 boulevard Thiers

04000 Digne les Bains

Téléphone :

33 (0)4 92 31 28 08

Actualités

Allez voir sur la boutique en ligne

Retrouvez nous sur Facebook

Nous sommes aussi sur Instagram

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association alexandra david neel