Comment nous joindre

Association

Alexandra David-Néel

5 boulevard Thiers

04000 Digne les Bains

Téléphone :

33 (0)4 92 31 28 08

Actualités

 

Rencontre avec

TSERING, la Bergère des glaces

 

Peut-être vous souvenez-vous, Dignois ou habitants de la Région, du merveilleux film sur l’histoire de Tsering, bergère au Ladakh. Il a été présenté à Digne durant les Journées des Grands Voyageurs de 2018.

 

Dans la vallée de Gya-Miru au Ladakh, la bergère Tsering, 50 ans, est la plus jeune de son village à conduire ses 350 chèvres pashmînâ et moutons au gré des transhumances, dans cette région de l'Himalaya, située entre 4000 et 6000 mètres d'altitude.

Elle est l'une des dernières bergères qui vit encore avec son troupeau. Une vie rude et précaire, souvent solitaire, malmenée par des conditions climatiques difficiles et une nature parfois hostile, qui n'empêche pas ce petit bout de femme attachant de chanter, de rire et de... philosopher.
Malgré les difficultés qu'elle raconte simplement, le froid, la vieille radio, seule compagne et lien avec l'ailleurs, le lynx qui rode, les douleurs qu'elle soigne avec des plantes dont elle connaît chaque vertu, cette bergère des glaces, dégage une incroyable sérénité.

Et l'on s'émeut avec elle de la naissance des petits chevreaux qu'elle dorlote comme une mère, elle qui ne s'est jamais mariée. Tsering évoque aussi ses interrogations face à la disparition de son métier, les conséquences sur la vie du village. Des réflexions empreintes de sagesse et de lucidité.
C’est son frère, Stanzin, qui l’a filmée pendant un an, révélant une force de caractère et une vision du bonheur peu communes.

Sa rencontre avec la française Christiane Mordelet, professeur à la retraite, elle-même passionnée par les questions environnementales, le Ladakh et le cinéma, allait donner le coup d'envoi à une coopération fructueuse.

La bergère me tenait beaucoup à cœur, souligne Christiane Mordele, quand j'ai rencontré la sœur de Stanzin, j'ai trouvé que c'était une femme exceptionnelle, avec une vraie philosophie de vie, une profondeur....
Mais il a d'abord fallu convaincre l'héroïne qui ne comprenait pas bien ce qu'on lui trouvait d'intéressant et qui craignait que son image ne vienne compromettre la carrière de son frère.

Elle m'a dit: tu m'as regardée avec mes vieux vêtements, ma figure... maintenant que tu fais des films, si on sait que je suis ta sœur, les gens ne vont plus vouloir travailler avec toi ; raconte Stanzin Dorjai.


Né au Ladakh, Stanzin Dorjai Gya obtient un master en art et communication avant de suivre une formation aux métiers du cinéma à Delhi et Bombay. En 2007 il rencontre Christiane Mordelet et collabore par la suite à la réalisation de plusieurs films diffusés par les télévisions françaises. Il a fondé Himalayan Film House.
Christiane Mordelet, professeur de physique-chimie retraitée, a commencé à se rendre au Ladakh dans les années 70, dans le cadre d’échanges scolaires, notamment liés à l’environnement. Elle a coréalisé avec Stanzin Dorjai Gya plusieurs films, diffusés sur Arte et lauréats de nombreux prix dans les festivals. Elle a fondé l’association Tisser la paix.

AVEC

CAROLINE RIEGEL

REVENONS UN MOMENT

AU ZANSKAR

 

 

Les Semeuses de joie prient pour nous et contre la pandémie

Photo Caroline Riegel

 

Ingénieure en constructions hydrauliques de métier, mais aussi voyageuse, écrivaine et réalisatrice…

En 2012, elle a emmené dix nonnes bouddhistes du Zanskar à la découverte de l’Inde, voyage raconté dans le film documentaire qu’elle a réalisé: Les semeuses de joie.

En 2012, elle crée l’association Thisgpa, une goutte d'eau pour le Zanskar avec pour premier projet la construction des bâtiments scolaires à la nonnerie de Tungri.

En 2011, elle a effectué une mission d’une année au Sud Soudan avec la Croix Rouge internationale, en tant qu’ingénieure eau. Au Zanskar, elle a enseigné pendant 6 mois les mathématiques, les sciences et l’anglais dans l’école gouvernementale de Tungri.

Membre de l’association Rencontres au Bout du Monde et de leur commission de développement, elle a effectué trois missions de terrain pour suivre et développer leurs projets communautaires au Zanskar et Ladakh ( maisons solaires, écoles, canaux d’irrigation, sanitaires…).

Chaque année Caroline repart au Zanskar retrouver les Semeuses de joie ! Elle est rentrée il y a quelques jours et nous a rapporté de magnifiques photographies pleines d’humanité et de joie comme toujours.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association alexandra david neel