Accueil

À Lhassa, le Potala

 

 

Le palais du Potala est une forteresse (Dzong) qui a été bâtie par le 5ème dalaï-lama au XVIIème siècle, Lobsang Gyatso. Il est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

 

Extrait du livre d’Alexandra David-Néel, Voyage d’une Parisienne à Lhassa, À pied et en mendiant de la Chine à l’Inde à travers le Thibet [1ère édition en 1927, édition de 1951]

 

« Bien que je me fusse efforcée de parvenir jusqu’à la capitale du Thibet plutôt pour relever le défi porté aux voyageurs, que par l’effet d’un vif désir de la visiter, puisque je m’y trouvais, j’entendais me payer des fatigues et des vexations que j’avais endurées avant de parvenir à mon but. […] Je voulais monter jusqu’au sommet du Potala, visiter les sanctuaires et les grands monastères des environs, assister aux diverses cérémonies et prendre ma bonne part de toutes les réjouissances du Nouvel An. Cette récompense me revenait de plein droit, je n’étais pas d’humeur à m’en laisser priver.

Lhassa, la plus grande ville du Thibet et sa capitale, est loin d’être une importante cité. Elle est bâtie dans une large vallée, sur la rive droite de la rivière Kyi. D’imposantes chaînes de montagnes arides que le crépuscule teinte de colorations merveilleuses forment son horizon. […] Le Potala lui confère un caractère tout à fait particulier.

Ce gigantesque édifice occupe l’un des sommets d’une petite chaîne surgissant, curieusement isolée, au milieu même de la vallée. […] La meilleure des photographies est impuissante à rendre son apparence imposante tel qu’il se dresse sur sa montagne : piédestal de massives bâtisses élevant dans les airs un palais rouge coiffé de toits d’or. »

 

Photo de 1924

. In : Voyage d’une Parisienne à Lhassa, édition de 1951 [collection personnelle]

PHOTO DE 1938-1939

 

Samedi 26 septembre,

des grands voyageurs étaient à Digne-les-Bains !

 

Ils nous ont tous passionnés par leur récit de voyages,

leur sincérité, leur passion, leur goût des autres.

 

Lisez-les ! écoutez-les !

 

On peut les acquérir à l’Espace Alexandra David-Néel,

5 Bd Thiers à Digne-les-Bains

Ou à la boutique en ligne : www. boutique-tibetaine-alexandra-david-neel.com

4èmes Journées des 

Grands Voyageurs

 

25-26 septembre 2020

 

 

    Pour la 4ème année, l’association Alexandra David-Néel présente un programme varié autour des Grands Voyageurs, un événement placé sous le thème « Cinéma et photographies ».

     Notre partenariat demeure avec le Centre culturel de la Ville de Digne, l’association des Rencontres cinématographiques et avec Ciné Toiles.

 

Au programme :

     Une tibétologue professeur à l’Inalco pour présenter un film tibétain d’émotion et d’humanité ;

     deux grands voyageurs écrivains, cinéastes et photographes, pour nous donner le désir de la découverte de ces pays lointains et des vraies rencontres humaines ;

     une artiste metteur en scène et comédienne pour un spectacle qui nous fait revivre la Femme aux semelles de vent.

 

Nous serons heureux de partager ces moments passionnants avec vous !

 

Pensez à réserver vos places pour le samedi auprès de l’association :

04 92 31 28 08 ou association.davidneel@gmail.com

 

programme complet ci-dessous

JOURNEES DES GRANDS VOYAGEURS 2020.pdf
Document Adobe Acrobat [281.7 KB]

 

 

A écouter Frequence mistral :

Rendez-vous avec les 4e Journées des Grands Voyageurs

 

 

A voir Dici Tv :

Arts & rencontres

 

 

A lire Le Dauphiné :

Culture & Loisirs

Des femmes pionnières

 

Nellie BLY, Le tour du monde en 72 jours.

 

Nellie BLY (Elisabeth Jane Cochrane, dite Nellie Bly), 1864-1922, est une journaliste américaine, au New-York World, pionnière du reportage clandestin, et qui est la première femme à avoir réalisé un tour du monde sans être accompagné par un homme.

 

Un dimanche, à cours d’idée pour un nouveau sujet, elle décide de faire le tour du monde ayant la certitude de faire mieux que le héros de Jules Verne Phileas Fogg (Le Tour du monde en 80 jours).

 

Avant de partir Nellie Bly se rend chez le couturier Ghormley : « Je veux une robe pour ce soir. Une robe que je puisse porter tous les jours pendant trois mois » : elle choisit un drap bleu et un tartan (étoffe de laine à carreaux de couleurs) en poil de chameau. Chez un autre tailleur elle commande une robe légère pour les pays où l’été serait déjà arrivé. Elle achète ensuite un plaid et un sac avec la ferme intention d’y serrer tous mes effets de voyage.

 

Photo ci-dessus Nellie Bly vers 1890

 

Photo à droite, prise juste avant son départ en 1889

 

Elle part donc des États-Unis et exige de s’arrêter à Amiens pour rencontrer Jules Verne.

« Le regard vif de Jules Verne rayonna sur moi avec bienveillance et Mme Verne me salua comme si nous nous connaissions depuis toujours. Il n’y avait là rien de solennel, mais une franche cordialité exprimée avec tant de grâce que quelques minutes en leur compagnie leur suffirent à gagner mon amitié ».

 

Tout au long de son voyage, elle raconte au jour le jour ses découvertes, son aventure… Le Journal les publie et le monde se passionne pour cette aventure et on parie même sur sa réussite.

 

L’arrivée de Nellie Bly est un triomphe : Je n’ai de ma traversée du continent [américain] qu’un souvenir confus d’accueils joyeux, d’encouragements, de télégrammes de félicitations, de fruits, de fleurs, d’acclamation, de hourras et de poignées de main. […] Une escorte digne d’une reine. Mes compatriotes étaient très fiers que ce fut l’une des leurs qui ait relevé pareil défi.

 

A Chicago, elle reçoit un câble qui la fait rosir de plaisir : « Monsieur et Madame Jules Verne adressent leurs sincères félicitations à la jeune et intrépide Miss Nellie Bly ».

 

Ainsi du 14 novembre 1889 au 25 janvier 1890, elle aura parcouru 40 070 km en 72 jours, 6 heures, 11 minutes, 14 secondes.

 

Articles de presse, affiches, livre et même un jeu lui sont consacrés.

Le jeu « Autour du monde avec Nellie Bly [in : Le Tour du monde en 72 jours. Un reportage de Nellie Bly, éditions du sous-sol, 2016]

 

Instructions : nombre de joueurs illimité. On avance avec des dés ; respecter les indications inscrites sur les cases (retourner un jour en arrière, passer son tour etc.). Le but du jeu est d’arriver le premier à New-York.

 

 

ALEXANDRA DAVID-NÉEL CANTATRICE

Le Thaïs de Jules Massenet

 

Alexandra David-Néel aimait particulièrement cet opéra qu’elle n’a apparemment jamais chanté même si partition et livret figurent dans ses archives. En revanche, c’est le morceau de choix qu’elle choisit pour l’héroïne de son roman Le Grand art, opéra qui lui apportera son succès à la fin du roman après de nombreuses épreuves malheureuses :

 

« Sur le seuil du palais de Nicias, dominant la foule du haut des degrés d'un geste hardi, j'avais ouvert mon manteau et j'apparaissais en l'éblouissement de ma nudité à peine dissimulée sous le voile étincelant. Dans ce public de choix, habitué aux retenues mondaines, ce fut presque un cri à la brusque apparition de la vision de péché que chacun évoquait en son cœur et, violente, farouche, j'eus la sensation de tous les désirs exaspérés se ruant vers cette chair vêtue d'or, cette chair de luxe, la courtisane glorieuse s'érigeant en idole dans le temple du Grand Art à Paris, comme à Alexandrie : comme Thaïs !

La toile tomba au milieu des applaudissements. Quatre fois je revins saluer. »

 

L'œuvre est tirée du roman éponyme d'Anatole France. L'histoire se passe à Alexandrie au IVe siècle. Athanaël, un moine, tente de convertir au christianisme Thaïs, courtisane et prêtresse païenne vouée à Vénus. Il y parvient, mais la jeune femme décide de se retirer du monde et de vivre dans un couvent où elle meurt heureuse. Le moine, lui, comprend que ses sentiments envers Thaïs étaient teintés d'amour charnel. Il finit par renier sa foi à l'inverse de Thaïs.

 

Vous pouvez acquérir le roman d’Alexandra David-Néel Le Grand Art, publié en 2018 pour la première fois, soit à l’Espace Alexandra David-Néel , 5 Bd Thiers à Digne-les-Bains, soit à notre boutique en ligne : boutique-tibétaine-alexandra-david-neel.com

 

 


 

 

L’Espace Alexandra David-Néel vous accueille 

au 5 Bd Thiers, Digne-les-Bains


 

Votre librairie-boutique est ouverte à tous aux jours et horaires habituels. En attendant, nous mettons tout en place pour vous accueillir dans les meilleures conditions et sans risque de contagion

 

Vous y retrouverez tous les ouvrages édités d'Alexandra David-Néel et sur la grande exploratrice ; des livres autour du voyage et des voyageurs, le bouddhisme, les philosophies orientales. Mais aussi statues, bijoux, vêtements, tapis... provenant du Népal et de l’Inde.


 

Au plaisir de vous y retrouver !

Et pour ceux qui sont loin de Digne, n’oubliez pas notre vente en ligne :

http://www.boutique-tibetaine-alexandra-david-neel.com/

Le site de la Maison Alexandra David-Neel, située au 27 avenue Maréchal Juin à Digne les Bains, est ouvert.

 

Pour connaître les jours d'ouverture et les tarifs : Infos

Il faut reserver pour visiter la maison, appelez au  04 92 31 32 38

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association alexandra david neel